Logo
Imprimer cette page

Etat de la situation au 31 mars

Etat de la situation au 31 mars

Réouverture des marchés :


Le Référé liberté auprès du Conseil d’Etat est en cours avec la Fédération des Marchés de France. Il a été repoussé au 31 mars 18h00. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés. Le but est, nous vous le rappelons, de permettre la réouverture des marchés, dans le strict respect des gestes barrières.

En attendant, les gros titres d'hier soir font état de la réouverture de « 25% des marchés alimentaires vont rouvrir en France, sous condition sanitaire stricte ». C’est un début, nous avançons, pour le moment des marchés de petites tailles et en régions.

Par contre, volte face à Strasbourg : marché suspendu jusqu'à nouvel ordre par le Préfet. La raison évoquée est le pic de l'épidémie

MIN DE RUNGIS :


De nombreux échanges en cours au niveau de l’alimentation de détail.  Le projet de livraison à domicile est mal perçu par les artisans. La CGAD agit à la demande des confédérations de détail.

Nous continuons à publier chaque soir sur les mandataires ouverts et incitons les artisans à passer commande.

SITUATION DES ENTREPRISES :


Enormément de remontées sur les difficultés, principalement les entreprises sur marchés. Orientation individuelles des chefs d’entreprises et accompagnement. Remontées aux interprofessions.

SITUATION DE LA FILIERE :


 

1. Situation des marchés

 ·         Production

La pêche a été plus importante ces derniers jours et les ventes se sont bien passées. A la faveur des prix élevés, les pêcheurs ont la volonté de ressortir en mer même si la météo (coup de vent ce week-end) n’y a pas été favorable. Attention aux prix en fin de semaine qui pourraient être baissiers si les volumes pêchés étaient trop importants au regard de la demande. Et départs de navires sans contrat

La flotte atlantique, plus diversifiée qu’en Bretagne Sud (langoustiniers), permet une pêche plus importante avec des volumes complémentaires en sole et seiche. Autre élément d’explication : La Cotinière, ouverture trois jours par semaine, avec comme conséquence de massifier les volumes… les volumes sont toujours réduits et les prix se tiennent bien.

Importance des contrats en direct, qui n’apparaissent pas forcément sur les circuits d’information

 ·         Halles à marée : Ventes des 28/03 et 30/03 en halles à marée

Boulogne

Samedi, 6T500 de ventes sur Boulogne. Tout s’est vendu avec des prix corrects voir bons : sole 400kg (entre 9 et 15€), St Jacques 1400kg à 2,7€, maquereau 1750kg à 1,9€, roussette 600kg à 1€, raie 72kg à 4€…

Ce matin à Boulogne, vente très faible (moins de 200 kgs).

6 navires sont en mer + les fileyeurs/caseyeurs

Les équipages sont mobilisés par la perspective d'un marché. L'absence de visibilité sur l'attribution potentielles d'aides à l'arrêt, ainsi que leurs conditions (rétroactives, cumulatives) a également participé à leur mobilisation après un début d'année délicat pour les trésoreries des entreprises. La diffusion du guide des gestes « barrières » à mettre en œuvre à bord a permis de rationaliser les peurs des marins. Toutefois, une inquiétude diffuse demeure.

La flottille anglaise reprend également la pêche et devrait proposer ses produits à la vente à partir de mercredi.

L'ensemble des mareyeurs présents a fait part du besoin du marché (vendredi, ils n'ont pu répondre à la demande) mais réduit en matière de références. Ils sont dans une situation tendue pour les masques, moins pour le gel hydro-alcoolique.

Ils ont souligné des retards dans les réponses pour les dossiers de chômage partiel.

Il reste 10 mareyeurs actifs sous criée et 5 poissonniers.

Les transports marée sont actifs sur l'ensemble des destinations.

Port-en-Bessin

1 navire hauturier à la vente de ce matin avec 6.31 T, pour un CA de 20162€ € et un prix moyen de 3.20 €. Le prix moyen des 3 principales espèces est très élevé :

  • Roussette 2.3T pm : 1.71€,
  • Dorade grise 1.07T pm : 4.19€,
  • Raie bouclée 0.728Kg pm : 4.27€ 

Cherbourg

Apports côtiers uniquement. Toujours pas de signes de mouvements pour nos hauturiers…

Tonnage : 4052 Kg, Prix Moyen : 2.58€/Kg

Prochaine vente mercredi matin.

Concarneau 

Samedi : 3190 kg, pm 8.78 - Ce matin : 2183 kg, pm 8.45

26 navires, 4 navires supplémentaires prévus cette semaine

CONCARNEAU 30/03

TONNAGE

VALEUR

MERLU

539,35

2 701,90

LIEU JAUNE

296,55

2 815,14

SOLE

239,55

3 993,54

GRONDIN PERLON

100,40

524,98

DORADE ROYALE FILET

97,05

1 635,50

 Loctudy

1296, pm 11.76

LOCTUDY 30/03

TONNAGE

VALEUR

PRIX MOYEN

BAR DE LIGNE

494,40

8 216,96

16,62

BAR FILET

143,00

1 863,21

13,03

MERLU

86,40

421,16

4,87

LIEU JAUNE DE LIGNE

79,90

675,07

8,45

POULPE

51,40

328,20

6,39

Le Guilvinec

Vente ce soir, dont 3.5 t prévues issues de la hauturière

Organisation de bordées (probable) de navires pour les ventes de mardi et mercredi

Quiberon

Samedi 2T4 à la vente, Prix moyen 4.87 dont  950 kg congre à 1.46 en gré à gré

La sole se maintient à 15.50, le bar de ligne se stabilise à 13.44. Le cours du griset monte toujours. Seiche 42 kg à 3.69. Pour les autres espèces, les moyennes sont en augmentation. 

17 acheteurs en ligne dont 5 mareyeurs.

La Turballe

14 t, pm 2.92 (sole 17 €, seiche 5€)

Le Croisic

Samedi : 8t, pm 7.5 (langoustine 2.4 t pm 11€, merlu 3.42)

La Cotinière

21.9 T à la vente, prix moyen de 6.52 €

La sole représente près du 1/3 du CA avec 3 Tonnes et un prix moyen de 17.49 €. La seiche représente ¼ des apports avec 5.5 t et un prix moyen de 3.01 €. Le merlu représente un autre petit ¼ avec 4.6 T et un prix moyen de 2.86€ (dont un fileyeur espagnol avec 3.5 t en fin de vente –baisse du prix moyen). Bar toutes technique de pêches confondues 1 tonne pour un prix moyen de 14.5 € ; céteau 1 T à 6.05€.

Nombre de navires ayant vendu : 56 (+ 14)  Flottille côtière et quelques moyens. 4 petits navires de Royan (criée fermée)

Nombre d’acheteurs présents 20, autres connectés soit un Total de 50.

La Rochelle

35 tonnes pour 83K€ prix moyen 2.38€

Principales espèces :    

- Merlus 24T dont un contrat de 18T dans toutes tailles, prix moyen 2.00€

- Seiche 7.8T prix moyen 2.66€

- Dorade Grise 590Kg prix moyen 6.95€

- Cabillaud 553kg prix moyen 5.00€

28 bateaux à la vente dont 4 hauturiers, 1 extérieur, 23 côtiers

36 acheteurs. 57% du tonnage et 66% CA réalisé par des acheteurs à distance

Reprise d’activité de quelques entreprises de mareyage et de certains détaillants.

Le marché reste compliqué et les prix sur les espèces de masse sont faibles.

 Granville

Pas de vente à Granville ce matin, aucun chalutier sorti, donc pas de poisson.

Prochaine vente demain mardi (bulots + coquilles).

 Saint Gilles x de vie

9.6T , PM 4.90 :

Merlu 4.3T (4.30), Bar chalut 460k (15.07), Dorade Grise 920K (6.15), Sole 300K (20.50), Seiche 290K (2.90)

Pas de débarque prévu avant Mercredi, voire Jeudi

 Arcachon

15. Tonnes  6.71 pm :

BAR 1300 k ,12.4 PM, D GRISE   480 k  pm  5,97, D. ROYALE  87 k,pm 11,94, SOLE 1266 k, pm 18,35

4 chalutiers 1 ligneur à la vente

  • Mareyage
  • Une situation globale dans la continuité de la semaine précédente avec un fonctionnement toujours très dégradé ;
  • Quelques réouvertures d’ateliers ce lundi toutefois.
  •  Poissonniers

Le week-end ne s’est pas trop mal passé.

Des marchés rouvrent mais des frictions peuvent apparaitre avec les mairies en raison du manque de masques et de gel hydro-alcoolique pour un fonctionnement dans de bonnes conditions. Il y a plus de produits disponibles aujourd’hui mais les volumes restent limités avec des prix élevés. Est-ce que le client restera si les prix remontent trop ?

  • Transformation

Au début du confinement, les entreprises de transformation ont eu un surcroît d’activité aujourd’hui arrêté, puisque leur activité est estimée à 80% de la normale. Néanmoins, l’activité pour les cuiseurs de crevettes est inférieure de 70%, certaines entreprises étant fermées.

  • Aquaculture

Le bilan sur la période depuis le début du confinement sur le marché de la transformation de la truite est d’environ -30% sur le vrac, -20% sur le LS.

Le frémissement constaté en fin de semaine se confirme en ce début de semaine, avec une activité qui se situe ces jours-ci à -10%/-15% par rapport à la même période l’année dernière.

Pour les poissons marins, report partiel du marché de la restauration vers la GMS qui pousse le poisson français.

  • Conchyliculture
  • Encore des disparités selon les façades, des confusions pour les ventes sur les marchés,
  • Réflexion sur une vente en drive, via Facebook par quelques producteurs
  • Commerce GMS : Divisé par 10 selon certaines remontées terrain et aucun soubresaut constaté
  • Questionnement pour les écloseurs sur le fait que les échanges Italie et Espagne sont compliqués ; véritable attente d’une lecture unifiée des directives européennes
  • Encore énormément d’interrogations des producteurs sur leur avenir

2. Informations

  • Informations DPMA

Peu d’informations complémentaires aujourd’hui par rapport à la fin de la semaine dernière. Mais les travaux se poursuivent sur la construction de la gestion des aides.

Consciente de l’attente de précisions concernant la mise en œuvre des mesures transversales pour les entreprises (activité partielle, mise en œuvre des ordonnances,…), la DPMA précise qu’un travail est en cours par la DAM en liaison avec la DGEFP sur ce sujet, devant permettre de tenir compte des spécificités des professions maritimes.

  •   Autres informations

Le CNPMEM a réactualisé son site concernant le COVID-19 avec diffusion d’une fiche sur le fonds de solidarité.

Une réunion organisée par la DAM et la DPMA se tiendra demain matin à 9H.

Un Bureau exceptionnel du CNPMEM se tiendra demain à 15H.

La société Picard proposerait de congeler le poisson non vendu (cf. tweet de Philippe Pauze, son président « Agriculteurs et pêcheurs français, @picardsurgeles est prêt à s’engager à vos côtés pour étudier la possibilité de surgeler vos productions du moment : je vous invite à contacter notre équipe dédiée à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Soyons solidaires de nos producteurs » 19 :53 – 27/03/2020)

  • La DGPE recense actuellement toutes les informations sur les capacités de stockage frigorifique, via les interprofessions.

Question de l’approvisionnement en fluides frigorifiques, précédemment évoqué/Pierre Commère se rapproche de l’ANIA pour faire le point.

  • Masques pour la filière pêche : une dépêche AFP précise que « Si l'Etat commande des masques pour les personnels soignants, dans ce cas, c'est l'interprofession, France Filière Pêche, qui a passé commande de masques pour les pêcheurs, a précisé l'entourage du ministre. »

FFP précise qu’une commande unique pour la filière amont/aval  de 300 000 est en cours (attention de ne pas communiquer tant qu’on n’a pas la certitude de l’arrivée sur le territoire national).

En tout état de cause, il est important que les patrons prennent toutes les dispositions sanitaires pour réduire le risque de contamination pour les marins.

 Enfin, FFP travaille à une campagne de communication Pavillon France envisagée à partir de la fin de semaine, après examen du bureau. Média en cours de validation (digitale et/ou presse quotidienne régionale)

 3. Attentes/réponses - difficultés identifiées

 L’UMF réitère ses demandes de clarifications à l’administration au sujet de :

  • L’éligibilité et les justificatifs dans le cadre du mécanisme exceptionnel d’activité partielle ;
  • L’ordonnance n°2020-323 du 25 mars 2020 (mesures concernant les congés payés et jours repos, ainsi que les mesures concernant le temps de travail et le temps de repos)
  • L’ordonnance n°2020-316 du 25 mars 2020 relative au paiement des loyers, des factures d’eau, de gaz et d’électricité afférents aux locaux professionnels des entreprises dont l’activité est affectée

Ces demandes d’éclaircissement des règles sont communes aux différents maillons. Toutes les entreprises ont besoin de précisions plus nettes que celles qui ont pu être communiquées en fin de semaine dernière, concernant la production ; notamment sur la compatibilité entre arrêt temporaire et chômage partiel. La DPMA est fortement attendue sur ce point lors du bureau du CNPMEM de demain après-midi.

  • Enfin, le CNC s’interroge spécifiquement sur
  • la gestion du personnel : l’aide 1500€ sera-t-elle maintenue pour avril ?

pour les écloseurs, le fait que les échanges vers l’Italie et l’Espagne sont compliqués provoque une véritable attente d’une lecture unifiée des directives européenne.

 

Éléments similaires (par tag)

Dernier de L'Union Nationale de la Poissonnerie Française

Copyright © 2014 Union Nationale de la Poissonnerie Française. Tous droits réservés.