Menu

S 03 2020 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, l’activité commerciale a été compliquée, en raison des mauvaises conditions météorologiques qui ont perturbé l’approvisionnement. La pêche côtière a été fortement réduite. Pour la pêche hauturière, les apports sont restés modestes et ils se sont étalés sur toute la semaine. Par conséquent, les cours de l’ensemble des espèces de poisson se sont maintenus toute la semaine à des niveaux élevés. De plus, les disponibilités à l’import étaient également minimes. En effet, les mauvaises conditions météorologiques perturbent également les pêches et provoquent des problèmes de logistique. De ce fait, les cours du dos de cabillaud restent très soutenus. La demande en magasin est calme et seulement intéressée par quelques mises en avant. Pour les autres espèces présentes en fond de rayon, les très hauts niveaux de prix n’attirent pas le client et ont plutôt tendance à le faire fuir pour la coquille St Jacques, comme les semaines passées, c’est la trêve hivernale concernant le gisement de St Brieuc. Avec les mauvaises conditions météorologiques, les arrivages des autres gisements ont été limités. Faute de demande, les cours sont restés très modestes. En crustacés, l’activité commerciale est également ralentie, en raison d’une offre faible et de tarifs élevés, en homard comme en tourteau. En araignée, il y a un peu de volume avec des cours peu élevés, ce qui permet de mettre en place quelques mises en avant.

En savoir plus...

S 02 2020 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

En cette première semaine complète de l’année, les volumes débarqués progressent, mais ils restent toutefois encore modérés, notamment pour la pêche hauturière. Cependant, ils ont été assez bien répartis sur la période. Les cours de la majorité des espèces se sont tassés, mais ils restent à des niveaux assez élevés dans l’ensemble. Pour la lotte, les cours se sont également repliés aux alentours des 5,50€/kg, en début de semaine, avant de terminer aux environs des 6€/kg à la veille du week-end. A noter, que le marché du bar est difficile, avec des prix bas et des difficultés à écouler l’ensemble des débarques, en raison de la non commercialisation de ce produit dans la majorité des enseignes de la grande distribution jusqu’au mois d’avril. A l’import, les pêches dans le nord de l’Europe et la logistique ont été perturbées par de mauvaises conditions météorologiques, les volumes disponibles sont restés peu importants et à des tarifs soutenus pour la majorité des espèces. Avec la fin des vacances scolaires, et en raison des faibles volumes disponibles la semaine précédente, la demande a été d’un bon niveau la première partie de la semaine, puis elle s’est ensuite légèrement réduite, avec le démarrage des soldes mercredi, tout en restant régulière à l’approche du week-end. En coquille Saint Jacques, peu de gisements étaient ouverts à la pêche cette semaine. Les volumes débarqués ont donc été minimes, mais en raison d’une demande très faible, les cours se situent à des niveaux très bas et de nombreux lots ont difficilement trouvé preneurs sur l’ensemble des gisements bretons pour le tourteau et le homard, l’offre est très réduite, les cours restent donc fermes.

En savoir plus...

S 01 2020 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Pour cette première semaine de l’année, coupée en deux par le férié du Nouvel An, les apports sont restés limités globalement, certains bateaux restant à quai pour les fêtes de fin d’année. Les débarques se sont concentrées sur les journées de lundi et de vendredi. Les besoins de réassorts, notamment en filets, se sont développés à la veille du week-end. En conséquence, les cours de la majorité des espèces se sont maintenus dans la fourchette haute. A l’import, les volumes disponibles étaient également très faibles et les cours soutenus. Pour la coquille Saint Jacques, seule la criée de Saint Malo avait un faible volume en vente, en fin de semaine, qui s’est négocié à un tarif moyen de 3,09€/kg. Concernant les crustacés, les stocks en tourteau sont au plus bas, le commerce du homard est calme alors que les volumes d’araignées sont d’un bon niveau.

En savoir plus...

S 50 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, le fait majeur sur l’ensemble des criées bretonnes est le faible volume de poissons débarqué. Cette situation est due aux très mauvaises conditions météorologiques sur toute l’Europe. En conséquence, les débarques de la pêche côtière ont été anecdotiques et celles de la pêche hauturière, faible, les bateaux ayant raccourci leurs rotations afin de se mettre à l’abri. Cette pénurie de poisson devrait se poursuivre au moins jusqu’au milieu de la semaine prochaine. Ce manque de marchandise provoque une hausse des cours d’une grande majorité d’espèces. Pour les espèces à filet, l’ensemble des cours est soutenu. Pour la lotte, les cours ont flambé, ils ont démarré la semaine proche des 7€/kg pour terminer à plus de 12€/kg vendredi. Seuls la raie et le congre ont fait exception à la règle et se sont négociés proche des prix planchers. A l’import, les aléas climatiques ont également impacté les volumes disponibles, ce qui a entrainé une forte hausse des tarifs. Pour exemple, le dos de cabillaud se négociait aux alentours des 17€/kg en fin de semaine. En coquille Saint Jacques, à l’approche des fêtes de fin d’année, les volumes débarqués ont augmenté, en raison de trois pêches autorisées cette semaine dans la baie de St Brieuc. Les pêches, jour de rattrapage du mardi aidant, n’ont pas trop été perturbées par les conditions météorologiques et les volumes débarqués ont été importants. Les ventes ont été correctes et à bon prix, de lundi à mercredi, respectivement de 3,15 à 2,76€/kg en moyenne. A l’inverse, jeudi, les besoins étaient très faibles et des volumes très importants ont été invendus et dirigés vers la transformation. En crustacés, la demande pour les fêtes n’est pas encore très présente, mais le faible disponible maintient une pression forte sur les cours, notamment celui du homard qui est déjà supérieur à celui de l’année dernière pour les fêtes.

En savoir plus...

S 49 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Comme les semaines précédentes, les apports demeurent restreints mais diversifiés. En prévision des mouvements sociaux de la fin de semaine, ils se sont concentrés de lundi à mercredi. Pour les espèces à filet, les cours ont démarré la semaine à un niveau moyen, avant de se raffermir ensuite par manque de marchandise. Pour la lotte, la situation a été identique, les prix de la taille 3 et 4 ont démarré la période aux alentours des 5,50€/kg, avant de se raffermir ensuite et de dépasser les 6€/kg à la veille du week-end. Pour la raie, en revanche, la situation a été un peu plus compliquée, avec quelques problèmes de commercialisation en début de semaine et des cours qui ont flirté avec les prix planchers sur toute la période. Comme les semaines précédentes, le congre a connu également des problèmes de commercialisation. Il est à noter également qu’en raison d’un jour férié en Espagne, le commerce de la cardine a été perturbé et que les tarifs se sont repliés sensiblement. A l’import, en raison des prévisions des mouvements sociaux de fin de semaine, les opérateurs ont été très prudents et les volumes disponibles n’ont pas été suffisants pour répondre à la demande, notamment en dos de cabillaud. Pour les mêmes raisons, l’activité commerciale s’est concentrée sur les trois premiers jours de la semaine afin que la marchandise arrive à destination avant le début des grèves. Elle a été toutefois d’un niveau correct même si elle a été très faible à la veille du week-end et notamment à destination de la région parisienne. En coquille Saint Jacques, trois pêches ont eu lieu en baie de St Brieuc dont une de rattrapage, mardi. Les volumes débarqués ont donc été importants et les cours ont atteint les 2,35€/kg lundi, puis ils sont revenus proches du prix plancher mardi, avec de nombreux invendus, avant de remonter à 1,29€/kg mercredi grâce à un prélèvement important pour la transformation en crustacés, les besoins sont modérés, mais l’offre étant restreinte, les cours restent fermes et élevés.

En savoir plus...

S 48 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

On constate peu d’évolution au niveau des apports sur les criées cette semaine en comparaison des précédentes. Les débarques restent d’un faible niveau et se sont principalement concentrées sur le début de la période. Toutefois, elles sont suffisantes pour répondre à une demande atone sur les fonds de rayon et modérée sur les mises en avant. Les cours se sont maintenus à des niveaux moyens pour les espèces à filet. Pour la lotte, les prix sont restés très élevés pour les grosses tailles (T1 et T2), aux alentours des 7,50€/kg. Ils se sont maintenus à 6€/kg pour la taille 3 mais se sont repliés sous les 5€/kg pour les petites tailles, en raison d’une offre plus étoffée. A l’import, le disponible en dos de cabillaud, comme pour les autres espèces, était supérieur aux besoins, ce qui a fortement pesé sur les cours et devrait provoquer une resserre importante en fin de semaine pour la coquille Saint Jacques, le nombre de jours de pêche dans la baie de Saint Brieuc est passé de deux à trois, à partir de cette semaine. En conséquence, les volumes débarqués sont en hausse. Toutefois, les cours se maintiennent à un bon niveau lors des ventes de lundi et de mercredi, 2,70€/kg en moyenne. A l’inverse, jeudi, un tonnage important a été invendu et dirigé vers la transformation. En conséquence, les cours sont restés proches du prix plancher de 2,20€/kg. En crustacé, le disponible est toujours faible et les cours sont fermes.

En savoir plus...

S 46 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine ressemble aux précédentes en termes de volumes débarqués. En effet, ceux-ci restent modérés avec toutefois un peu de diversité, mais en faible quantité. Pour les espèces à filet, les volumes débarqués restent globalement insuffisants, malgré une demande peu dynamique et les cours se maintiennent donc à de bons niveaux. En lotte, la conjonction entre une offre mesurée et des besoins dynamisés a permis aux cours de se rapprocher des 9€/kg, mercredi. Ils se sont tassés ensuite pour repasser sous la barre des 7€/kg à la veille du week-end. Pour la raie, les prix soutenus en début de semaine se sont fortement repliés ensuite pour se rapprocher des prix planchers, en raison de volumes débarqués plus importants et d’une concurrence accrue de marchandise d’import. Comme habituellement au mois de novembre, la demande est peu présente et elle se concentre principalement sur les mises en avant et les petits prix. De plus, la concurrence et les prix élevés à l’achat ont compliqué un peu plus l’activité commerciale. Pour la coquille Saint Jacques, en raison du mauvais temps et malgré des pêches de rattrapages, les volumes débarqués n’ont pas été très importants. De plus, une enseigne de la grande distribution était en promotion sur ce produit. En conséquence, les cours sur les criées des Côtes d’Armor ont été soutenus en début de semaine, à 3€/kg, ils se sont ensuite tassés et se sont élevés aux alentours des 2,35€/kg, mercredi et jeudi. En homard, le disponible est toujours très faible, les cours progressent fortement.

En savoir plus...

S 45 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine en raison des mauvaises conditions climatiques, peu de marchandises ont été débarquées en provenance de la pêche côtière. La pêche hauturière a également été perturbée par ces conditions météorologiques qui, combinée à la rotation des bateaux et à la saisonnalité, a vu ses volumes débarqués être d’un niveau peu important. Les prix de la lotte, déjà élevés au lendemain du week-end (supérieurs à 6€/kg), ont progressé toute la semaine pour terminer à près de 8€/kg vendredi. Pour les espèces à filet, par manque de volume, les cours restent soutenus, voire progressent fortement pour le lieu noir. Seul le merlan a vu des apports un peu plus conséquents sur les criées de Bretagne Nord et donc ses prix se tasser. A l’import, le disponible en dos de cabillaud reste inférieur aux besoins, ce qui permet à son cours de se maintenir à des niveaux élevés. Au lendemain d’un week-end prolongé, la demande de réassort a été forte, notamment de la part des GMS. Elle s’est ensuite ralentie avant de se réactiver à la veille d’un nouveau congé de fin de semaine prolongé.pour la coquille Saint Jacques, l’activité reste morose sur les criées des Côtes d’Armor. Les cours ont atteint les 2,56€/kg de moyenne lors de la vente de lundi, avant de baisser à 2,32€/kg à celle de mercredi et d’atteindre le prix plancher, jeudi, avec une grande majorité des volumes dirigée vers la transformation.En crustacé, le disponible est toujours faible et les cours sont fermes.

En savoir plus...

S 44 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Rungis

Les ventes restent difficiles sous la halle parisienne des produits de la mer pour cette deuxième semaine de congé scolaire de la Toussaint. A une fréquentation limitée s’ajoutent des volumes en commande vers la restauration hors foyer assez bas. Les cours sont difficilement soutenus sur l’ensemble de la période dans bon nombre d’espèces proposées. Malgré des volumes échangés modestes, certains poissons trop peu représentés voient cependant leur cours s’élever de façon significative. C’est le cas du cabillaud entier frais, des maquereaux de fort calibre, et de la coquille Saint Jacques dont les arrivages sont manquants en début de semaine.

En savoir plus...

S 43 2019 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Comme les semaines précédentes, les volumes débarqués sont restés assez faibles, irréguliers et peu diversifiés. La saison de la pêche au thon se termine et de nombreux bateaux vont revenir au chalut de fond, l’on peut donc s’attendre à des apports plus conséquents. Un ralentissement marqué des besoins s’est fait sentir en raison des congés scolaires. Seuls les produits mis en avant comme le dos de cabillaud ou à petits prix voient leur demande légèrement plus soutenue. Malgré cela, en raison d’une offre réduite, les cours se maintiennent toujours à des niveaux de prix assez élevés dans l’ensemble, notamment en lotte. Le commerce est atone et la perspective de le voir s’améliorer à l’approche de la fin de mois et de la Toussaint n’est guère à l’ordre du jour. Côté import, seul le dos de cabillaud tire son épingle du jeu avec les promotions de la grande distribution, par contre le commerce du lieu noir demeure délicat en raison des vacances. A l’image de la semaine dernière, les cours de la coquille St Jacques sont restés proches du prix plancher dans les premiers jours puis se sont redressés à l’approche du weekend. La demoiselle de Loctudy brille toujours par son absence et son prix varie énormément en fonction des arrivages. Les grandes promotions d’araignées mâles ont fait leurs apparitions avec des prix proposés à la clientèle légèrement au-dessus de 3 euros. En crustacé, les stocks de tourteau et de homard sont peu importants. Même si les besoins sont assez faibles, les cours sont fermes voir très fermes pour le homard…

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail