Menu

S 28 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les volumes débarqués sont faibles dans l’ensemble, mais toutefois à un niveau normal pour la saison. L’activité commerciale est compliquée, elle est perturbée par la coupe du monde, les départs en vacances et les fortes chaleurs. De plus, avec le samedi 14 juillet férié, elle s’est réduite vendredi en raison de problèmes de logistique et de la fermeture de nombreux magasins. La demande se développe sur la frange littorale mais se restreint dans les grandes métropoles. Elle s’oriente principalement sur les espèces à griller comme la sardine, le maquereau, les poissons plats, et délaisse les filets. De ce fait, les espèces à filet ont vu leurs cours se tasser. Pour la lotte, après le rebond de la fin de la semaine précédente, les cours sont retombés et se sont maintenus tout au long de la semaine, proches des prix planchers. Quelques lots se sont également retrouvés invendus. Pour les raies et les merlus de petites tailles, la situation n’a pas était meilleure, des volumes importants ont connu des difficultés de commercialisation et leurs cours sont restés bas pendant toute la période. A noter qu’en 2018 comme en 2017, la campagne d’anchois aura été décevante et qu’un certain nombre de bateaux ont déjà arrêté cette pêche afin de préparer celle du thon germon qui a démarré cette semaine. Ce nombre de bateaux devrait s’accroître sensiblement dès la semaine prochaine. Pour la langoustine, les volumes débarqués demeurent peu importants ce qui permet aux cours de se maintenir à un bon niveau : 11 à 15€/kg pour la petite taille. En crustacé, le commerce est assez poussif et seules quelques mises en avant permettent de stimuler la demande.

En savoir plus...

S 27 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Comme chaque année début juillet, cette semaine est une semaine de transition avec le début de la transhumance vers le sud de l'Europe et la frange littorale. La demande, encore limitée en début de semaine, commence à se réveiller à l’approche du week-end sur les côtes et elle s’oriente en priorité sur les espèces à griller, comme la sardine et le maquereau. A l’inverse, elle reste très molle dans les grandes métropoles sur les produits de fond de rayon comme sur les promotions. Les volumes débarqués étant restreints, les cours sont soutenus dans l’ensemble. Seules la raie et la lotte ont connu des difficultés de commercialisation sur les criées. Pour la lotte, et principalement la taille 3, les cours ont flirté avec les 4,20€/kg de lundi à mercredi, avant de rebondir jeudi et surtout vendredi pour atteindre les 5,50€/kg. Pour la raie, en raison de volumes débarqués en hausse et d’une demande peu orientée vers ce produit, en raison des températures chaudes, les prix sont restés bas toute la semaine et des lots n’ont pas trouvés preneurs sur certaines criées. A l’import, les volumes proposés en dos de cabillaud sont en diminution, ce qui permet aux cours de se raffermir. A l’inverse, en sébaste, l’offre est abondante et les prix sont bas. Concernant la langoustine, la baisse des volumes débarqués se poursuit, avec néanmoins une demande réduite jusqu’à jeudi et des prix proches des 8€/kg en moyenne, pour la petite taille. A la veille du congé de fin de semaine, les cours se sont nettement raffermis, en raison d’une offre en baisse et de besoins plus importants. En tourteau, la marchandise sort assez lentement, les cours poursuivent leur lente baisse. En homard, l’offre est plus mesurée cette semaine, alors que la demande est régulière, les prix sont fermes.

En savoir plus...

S 26 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Dans la même lignée que la semaine précédente, les apports ont été d’un faible niveau. En conséquence, les cours sont restés soutenus, dans l’ensemble. Suivant les espèces et les lieux de commercialisation, la demande a réagi différemment. Pour les filets, les commandes de réassort ont été correctes au lendemain du week-end, puis elles ont fortement ralenti à partir de mercredi, en raison notamment des fortes chaleurs. En revanche, la demande en sardines maquereaux et poissons plats notamment, s’est développée dans la seconde moitié de la semaine. On constate également que la demande est restée routinière dans les grandes métropoles, alors qu’à l’inverse, sur toutes les zones côtières, elle s’est fortement développée, signe des premières arrivées des estivants et grâce aux conditions météorologiques estivales. A l’import, en raison d’une offre limitée et d’opérations de mises en avant dans plusieurs enseignes, la demande, tout comme les tarifs, est restée soutenue. A l’inverse, pour le lieu noir, la sébaste, le loup, les besoins se sont fortement ralentis dès le début de semaine ce qui a entraîné les prix vers le bas. En langoustine, les volumes débarqués ont poursuivi leur décrue, ce qui semble indiquer une fin précoce de la pleine saison. Les prix se maintiennent à un bon niveau pour la période. En tourteau, le disponible est plus important, la demande se développe. Toutefois, même s’ils poursuivent leurs baisses, les prix restent élevés pour la saison. En homard, le commerce est régulier, ce qui permet un bon turn-over des stocks. Les prix évoluent peu.

En savoir plus...

S 25 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Le fait marquant de cette semaine est la baisse notable des volumes débarqués. En effet, les apports en pêche hauturière ont été assez réguliers, mais peu importants en volumes, que ce soit sur les criées du Nord de la Bretagne, sur celles du Pays Bigouden ou comme à Lorient. Les quantités débarquées pour les espèces à filet sont en recul, à l’exception de l’églefin. En raison de ce manque d’offre, les cours sont soutenus, dans l’ensemble. Pour la lotte, après de nombreuses semaines de cours très bas, les prix ont rebondi et ont atteint un bon niveau pour les grosses tailles (supérieur à 6€/kg). Pour les petites tailles, même si les cours ont augmenté, cette hausse a été plus progressive, pour terminer la semaine aux alentours de 5,50€/kg pour la taille 3. Dans les magasins, avec l’arrivée d’un temps estival sur l’ensemble de la France, la demande se concentre sur les poissons à griller et se détourne des autres produits. A l’import, les prix sont également fermes, en raison d’un disponible mesuré. En dos de Cabillaud, la demande reste d’un bon niveau et s’est renforcée à la veille du week-end, en prévision des mises en avant prévues la semaine prochaine dans de nombreuses enseignes. De ce fait, les cours ont bondi de 1€/kg. En langoustine, le coup de frein constaté la semaine dernière au niveau des apports s’est confirmé cette semaine. Ce recul des volumes s’accompagne d’une demande plus mesurée, ce qui n’a pas permis aux cours de se raffermir fortement. Le commerce demeure donc assez fébrile. En tourteau, les stocks se reconstituent et la demande est régulière. Les cours poursuivent leur lente décrue. En homard, le commerce est dynamisé par des mises en avant, ce qui a permis une bonne activité commerciale cette semaine.

En savoir plus...

S 24 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les apports ont été à nouveau irréguliers. Ils ont été importants en début de semaine, puis faible ensuite, avant de se renforcer à l’approche du week-end. Au niveau des volumes débarqués, la lotte est toujours nettement prédominante. Compte tenu de l’importance de ces volumes, le marché a été saturé, le commerce très difficile et tous les lots n’ont pas trouvé preneur, notamment lundi. En conséquence, les prix sont restés très bas, au niveau des prix planchers toute la semaine pour les tailles 1 et 2. Pour les plus petites tailles, le début de semaine a été identique, avant un raffermissement des cours à l’approche du congé de fin de semaine. Pour les espèces à filet, les cours sont restés corrects dans l’ensemble. Comme d’habitude à cette période, les tarifs de la raie ont fortement baissé pour se retrouver proches des prix planchers, malgré des quantités débarquées en baisse. Sur les criées du nord de la Bretagne, on peut noter une débarque importante et de bonne qualité de poissons plats : Saint Pierre, turbot, barbue. A l’import, l’offre en dos de cabillaud, dos de lieu noir, loup de mer, sébaste… est insuffisante pour répondre à la demande, ce qui provoque un raffermissement des cours. Pour les langoustines, les volumes pêchés sont en repli ce qui entraîne des cours plus soutenus sur toute la semaine. A la veille du week-end, les cours de la petite taille étaient supérieurs à 10€/kg. En crustacé, les pêches de tourteaux ont nettement progressé, ce qui permet enfin aux cours de se replier. En araignée, les difficultés de commercialisation ont été moins importantes que les semaines précédentes.

En savoir plus...

S 23 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, la baisse saisonnière des volumes se poursuit et les quantités débarquées sont irrégulières. Les principales espèces disponibles en nombre demeurent la lotte, le merlu, l’églefin et la lingue. Pour la lotte taille 3, les cours sont restés bas toute la semaine. En revanche, pour les grosses tailles, les prix se sont maintenus aux alentours des 5€/kg jusqu’à jeudi avant de reculer jusqu’aux prix planchers à l’approche du week-end, en raison d’apports plus conséquents. Avec les quantités annoncées pour lundi, la situation ne devrait pas s’améliorer. Pour les espèces à filet et la raie, les cours ont été corrects dans l’ensemble, avant de se replier vendredi. Pour la sardine, les apports sont irréguliers. La demande se développe et est plus active à l’approche du congé de fin de semaine. Il est à noter également que la campagne de la pêche à l’anchois a démarré cette semaine, avec de bons volumes. Le marché est difficile sur la petite taille car les espagnols en ayant déjà pêché beaucoup, sont peu demandeur. Pour les plus grosses tailles, les cours sont juste corrects. A l’import, les volumes de dos de cabillaud, de loup et de sébaste, sont insuffisants par rapport aux besoins, ce qui entraîne un raffermissement des cours. A l’inverse, l’offre en dos de lieu noir est abondante, les prix sont, de ce fait, en repli. Le commerce a été assez calme cette semaine, avec une demande peu présente sur les filets et sur l’ensemble des poissons blancs. A l’inverse, à l’approche du week-end, les besoins en poissons bleus, espèces à griller et poissons plats, se sont développés. En langoustine, les débarques restent importantes mais avec des fluctuations de volumes d’un jour sur l’autre et avec des rendements inférieurs aux deux années précédentes. Les cours se sont situés dans la fourchette basse, jusqu’à jeudi, avant de remonter ensuite aux environs des 10€/kg. Pour les crustacés, on observe peu d’évolution par rapport aux semaines précédentes, avec toujours des difficultés de commercialisation pour les araignées, et des cours très élevés en tourteau, même s’ils commencent à fléchir légèrement.

En savoir plus...

S 22 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine, les volumes débarqués ont amorcé leur baisse saisonnière et ils ont été irréguliers. Les principales quantités concernent en premier lieu la lotte, le merlu, le lieu noir, l’églefin et la lingue. Pour les espèces à filet, les cours sont fermes et se situent à un niveau correct. A l’inverse, les prix de la lotte ont chuté aussi vite qu’ils avaient augmenté en fin de semaine précédente. Ils ont retrouvé des niveaux proches des prix planchers des OP. A l’import, l’offre en dos de cabillaud a été insuffisante pour répondre aux besoins qui ont été dynamisés par des opérations de promotion, dans deux enseignes de la grande distribution. De ce fait, la demande s’est focalisée principalement sur ce produit, ce qui a laissé peu de places aux autres mises en avant, ainsi qu’aux espèces de fond de rayon. Pour la langoustine, la saison bat son plein, avec des volumes débarqués d’un bon niveau. En raison d’une demande moins présente en début de semaine, les cours ont flirté avec les prix planchers jusqu'à jeudi matin, avant de repartir à la hausse à l’approche du week-end. En crustacé, le commerce des araignées reste compliqué, en raison de besoins inférieurs aux débarques, ce qui entraîne des prix bas et des difficultés de commercialisation. A l’inverse, faute de volumes suffisants, les cours du tourteau se maintiennent toujours à des niveaux élevés. En homard, les cours poursuivent leur baisse saisonnière.

En savoir plus...

S 21 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

La semaine a été moyenne en termes d’apports. Ils n’ont pas été abondants mardi contrairement à ce qu’on aurait pu attendre au lendemain d’un week-end de trois jours. Les volumes débarqués ont été réguliers et assez diversifiés. Les cours ont été dans la continuité de la semaine précédente mardi et mercredi avant de connaître un net rebond à l’approche du week-end. Pour exemple, le cours de la lotte qui était au plus bas mardi, a fortement augmenté ensuite pour dépasser vendredi les 6€/kg pour la taille 3 et les 5,50€/kg pour la taille 1 et 2. Pour les espèces à filet et également pour la raie, les tarifs ont également progressé sensiblement, avec des cours supérieurs à 3€/kg pour la lingue bleue et à 2,50€/kg pour les raies. A l’import, l’origine Norvège est désormais peu présente en dos de cabillaud où elle est suppléée par l’origine Islande avec des tarifs soutenus. A noter également que la saison du loup se termine, ce qui entraîne une baisse des volumes disponibles et un raffermissement des cours. Le commerce a été correct cette semaine, avec des besoins de réassorts importants au lendemain du weekend de trois jours et avec une demande assez tonique ensuite, à l’approche du congé de fin de semaine, en raison notamment d’un effet fête des mères. Pour la langoustine, les apports sont plus conséquents, ce qui provoque une baisse des prix. De ce fait, la demande est plus dynamique sur ce produit mais elle se détourne en partie des araignées, ce qui entraîne une baisse des tarifs et des problèmes de commercialisation. En homard, l’offre se développe, les cours sont en baisse et retrouvent un niveau normal pour la saison. A l’inverse, les volumes de tourteaux disponibles restent limités, les prix se maintiennent à des niveaux très élevés.

En savoir plus...

S 20 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Les apports pour cette semaine poursuivent leur baisse saisonnière, tout en restant corrects pour la saison. Les volumes débarqués ont été, dans l’ensemble, bien répartis sur la période mais les espèces manquent de diversité. Les principales espèces présentes en nombre sont la lotte, le lieu noir, le merlu et la lingue. Pour la lotte, faute d’une demande peu présente, les prix, sur quasiment toutes les tailles, ont flirté avec les prix planchers. En milieu de semaine, certains lots ont même connu des problèmes de commercialisation. A l’inverse, pour le merlan, le lieu jaune et l’églefin, en raison d’une offre faible, les cours sont bien orientés. Pour les raies et les requins, les volumes débarqués sont en baisse, mais les prix se maintiennent à des niveaux très bas. A l’import, la saison du cabillaud se termine en Norvège et seule l’origine Islande est dorénavant présente, avec des tarifs soutenus. Dans cette semaine pleine, située entre deux week-ends prolongés, la demande, moyenne en début de semaine, est devenue très active à l’approche du congé de fin de semaine. Pour la langoustine, les volumes débarqués progressent, tout comme la demande. Les cours sont restés assez stables tout au long de la semaine et se sont situés entre 9 et 10€/kg en moyenne pour la petite taille. En tourteau, même si l’offre se développe légèrement, elle reste toujours largement insuffisante pour répondre aux besoins. En conséquence, les cours varient peu et se maintiennent toujours à de très hauts niveaux. Pour les homards, le disponible est plus conséquent ce qui entraîne un nouveau recul des prix.

En savoir plus...

S 19 2018 Note de conjoncture des produits de la mer

Bretagne

Cette semaine se caractérise par la présence de 2 jours fériés. De fait, l’activité commerciale s’en est trouvée grandement perturbée et s’est concentrée sur 3 jours avec beaucoup d’incertitude concernant l’acheminement de la pêche. Un grand nombre de criées ont fermé ces 2 jours sauf celle de Lorient ouverte le jeudi. En Bretagne nord, les bateaux ont arrêté la coquille St jacques et se mettent progressivement à la seiche dont les apports modestes ont contribué à faire monter les cours. En Bretagne sud, le dernier jour de la semaine a été synonyme de débarques très importantes de lotte avec des invendus en grande quantité, de même pour la lingue bleue et la raie. En raison de craintes d’apports aléatoires plusieurs enseignes ne se sont pas positionnées sur des mises en avant possibles, d’où le retrait effectué sur certaines espèces. Côté import, les prévisions de vente étant incertaines, les mareyeurs n’ont pas pris de risque et leurs ventes se sont cantonnées au lundi et au mercredi avec des prix fermes sauf pour le lieu noir où la concurrence des pays du nord tire les prix vers le bas. En langoustine, le peu d’apport en fin de semaine a fait grimper le cours aux alentours de 14€ le kg. En tourteau, la situation commence à évoluer avec quelques annonces de débarques plus importantes que les semaines précédentes relançant ainsi le commerce avec des cours plus attractifs. En homard les stocks commencent à peser et face à une demande atone les cours s’enfoncent.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

L'U.N.P.F

Formation Continue

Stages de formation

Contact

Union Nationale de la Poissonnerie Française 

6, Rue des Frères Montgolfier - ZA La Tourelle 2 
22400 Noyal
Tél : 09 81 44 44 43

E-mail